Marie-Madeleine dans les évangiles

CE QU’EN DISENT LES 4 EVANGILES: seule source fiable reconnue officiellement par l’église…

Marie de Magdala, Marie la pêcheresse ou Marie de Béthanie? 1, 2 ou 3 femmes?…Peut-on le savoir?

Marie Madeleine rencontre Jésus ressuscité. “Ne me retiens pas”

L’unification de la personne de Marie-Madeleine a toujours été un problème; Beaucoup en effet ont préféré distinguer trois femmes: Marie de Magdala, (femme libérée de sept démons, présente au pied de la croix et premier témoin de la résurrection, cf. Lc 8, 2 ; Jn 20, 1+), la pécheresse repentante (Lc 7, 37+), et la sœur de Marthe de Béthanie (Mt 26, 6+ ; Mc 14, 3+ ; Jn 12, 1+ ; Lc 10, 38+ ; Jn 11).

Si la tradition orientale a souvent distingué les 3 figures, allant jusqu’à établir des fêtes liturgiques pour chacune, la tradition occidentale a majoritairement préféré identifier ces figures, affirmant qu’il s’agit d’une seule et même femme, nommée Marie-Madeleine. Bien que des courants d’exégèse moderne optent plutôt pour la distinction, cette page souhaite rappeler, à partir des évangiles, pourquoi l’unité des trois n’est pas absurde. Loin de là, l’identification permet non seulement d’apporter des réponses à ce qui semble être des « incohérences » dans les récits évangéliques dans la thèse de la distinction, mais aussi, l’identification donne à Marie-Madeleine une personnalité plus riche, plus édifiante, plus inspirante. Le sujet n’est pas fermé. Toutefois, avant de dénigrer la tradition et ce qu’ont pensé nos Pères dans la foi, rappelons les raisons qui les ont poussé à parler de cette sainte avec tant de zèle et d’admiration.


Trois vidéos de 5mn permettant de comprendre ce problème de l’identification

Pour aller plus loin dans la réflexion, voici des études remarquables sur ce sujet (fichiers téléchargeables en PDF)

André Feuillet, exégète sulpicien:

P. Renaud Silly, dominicain:

Marie Madeleine après la crucifixion


«Quelle joie et quel profit que de contempler dans l'unité d'une même gloire la pécheresse pleurant aux pieds de Jésus et les essuyant de ses cheveux, la sœur de Lazare assistant à la résurrection de son frère, l'amie fidèle debout à la passion et à la mort de son Bien-aimé, le suivant au tombeau et méritant de voir la première les splendeurs de sa résurrection[nbsp]! Toute division de cette gloire est chimérique » (Père Lacordaire)