Le pèlerinage à la Sainte-Baume au fil des siècles (papes, rois, pèlerins…)

files/Photos/ste baume/stebaumegravuresurboisXVI.jpg

Deux lieux indissociables

 

L’historique des pèlerinages montre que les deux sites provençaux concernés par la présence de Marie-Madeleine, (la grotte de la Sainte-Baume et  la Basilique de Saint-Maximin), sont étroitement associés. Les différents pèlerins, qu’ils soient de sang royal ou de simples particuliers, ont toujours visité les deux lieux l’un après l’autre :

 

- la grotte représentant le lieu de la pénitence et de la contemplation ;

 

- la basilique (lieu d’ensevelissement) permettant aux pèlerins de rendre un hommage solennel à celle qui durant toute sa vie annonça la résurrection du Christ. C’est le lieu de la mission dans l’Église : « Va dire à tes frères que je monte vers mon Père et votre Père, mon Dieu et votre Dieu ».

 

 

Le début du pélerinage

 

Les premiers indices d’un pèlerinage existant à la Sainte-Baume remontent au IXe siècle. En 1279, le prince Charles de Salerne entreprit les fouilles qui révélèrent les véritables reliques de sainte Madeleine. Quand le pape eut statué sur leur authenticité, la chrétienté tourna vers Saint-Maximin et la Sainte-Baume le même culte fervent qui l’avait conduite auparavant à Vézelay. Pressentant l’immense mouvement de piété que les reliques allaient attirer sur la Sainte-Baume, Charles II y obtint du pape Boniface VIII l’établissement des Dominicains (1295-1793 ; 1840+), en remplacement des Bénédictins (1079-1295), qui remplacèrent les Cassianites (415-1079).

 

Au XIVe siècle, le peuple chrétien afflue à la Sainte-Baume.

 
Les pèlerinages à Saint-Maximin, et à la Sainte Baume deviennent, après ceux de Rome et de Saint-Jacques de Compostelle, les plus populaires de l’occident catholique. Saint Louis visitera successivement Vézelay et la Sainte Baume.
 
Tous les Comtes de Provence après Charles II ont porté un intérêt particulier à la Sainte-Baume et y ont fait pèlerinage. Le Roy René, est venu s’y recueillir à plusieurs reprises. Il fit bâtir une hostellerie à la Grotte pour les pèlerins après l’incendie qui avait tout ravagé en 1440. Les papes eux aussi vinrent vénérer la Sainte.
 
Nombreux papes et rois sont aussi venus en procession demander à la sainte sa bienveillante intercession. Après la terreur de la révolution, le P. Lacordaire fera revenir les dominicains à la Sainte-Baume et organisera au couvent royal de Saint-Maximin la formation des frères prêcheurs.

 

 

Pèlerinage du Roi François 1er à la Ste Baume

 

Victorieux de la célèbre bataille de Marignan, François 1er se rendit à la Ste Baume en 1516 et offrit des largesses pour les lieux qu'il trouvait trop vétustes.

 

files/Photos/ste baume/francois1erstebaume.jpg

 

«Le roi arriva à Saint Maximin le 20 Janvier avec une brillante escorte. Il trouva dans cette ville la reine Claude, sa femme, la reine Louise de Savoie, sa mère et sa soeur Marguerite, femme du duc d’Alençon et depuis reine de Navarre, ainsi q’une partie de leur cour. Le lendemain le roi et sa suite firent par Nans le pèlerinage de la Sainte Baume».

 

«Le roi fut touché de l’état de délabrement dans lequel il trouva les lieux, et il accorda des fonds pour (faire réparer l’église de la Baume où la Benoiste Magdaleine faisoit pénitence, comme aussi le logis et le couvert des frères, lequel est fort caduc et démoli» (lettres patentes).)

Sicard 1878, extrait de Sainte Marie Magdeleine et la France

 

1660 : Louis XIV à Saint-Maximin et la Sainte-Baume
 
« Le dernier roi de France qui fit le pèlerinage des Saints-Lieux de Provence fut Louis XIV. Il arriva à Saint Maximin le 4 Février 1660 avec sa mère, Anne d’Autriche, et monta le lendemain jusqu’à la Sainte-Baume et au Saint Pilon. Au retour, il présida à la translation du corps de sainte Madeleine dans une urne porphyre qui avait été envoyée de Rome par le général des Frères Prêcheurs et qui fut placée sur le maître-autel, après que la châsse qu’elle devait contenir eût été ouverte, renfermée et scellée en présence du roi».
H.D Lacordaire, extrait du livre de Sainte Marie Madeleine
 
 
files/Photos/Basilique St Maximin/Capture-d’écran-2014-01-04-à-16.36.26.jpg
 
«Ainsi, au moment où la monarchie atteignait son plus haut point de splendeur et y inscrivait un des siècles de France parmi les grands siècles du monde, elle vint, en la personne du roi qui eut le bonheur de donner son nom à cette ère mémorable, s’incliner devant les restes de l’humble pénitente de Béthanie et y laisser un rayon de cette majesté qui s’appelle encore et s’appellera toujours le siècle de Louis XIV».
H.D Lacordaire, extrait de Sainte Marie-Madeleine
 
«Pour le service du pèlerinage, les prêcheurs de Saint-Maximin ont composé à partir de 1640, des manuels destinés aux pèlerins, qui sont à la fois des vies de sainte Marie-Madeleine et des formulaires de prière».
B. Montagnes, extrait de La légende de Marie-Madeleine

 

 

La destruction
 
 
1793: Pour écraser le mouvement contre-révolutionnaire du midi, Barras et Fréron décident de la destruction totale de la Sainte-Baume. Elle n’est plus qu’un tas de ruine.Elle est débaptisée pour porter le nom de «Thermopyles».

 

 

Les saints en pélerinage

 

Saint Cassien y vécut en retraite (Vème)

Ste Brigitte de Suède

Ste Catherine de Sienne

François de Sales

Vincent de Paul

Jeanne de Chantal 

Parmi les nombreux pèlerins solitaires qui viendront se recueillir en montant à la grotte, le plus fervent, le plus dévot à Marie-Madeleine est le père Charles de Foucauld. Venu en 1901 et en 1913. Dans la grotte se trouvent ses ex voto.

________________________________________________________________________________________________________

 

Pour en savoir plus sur les grands pèlerinages à la Sainte-Baume au fil des siècles, vous pouvez lire le texte ci-dessous ou télécharger le fichier en format pdf ci-après.

 

Le pèlerinage à la sainte Baume au fil des siècles (fichier pdf : 195 Ko)