Prières à Marie-Madeleine

  • O très douce amie (par Charles II d’Anjou)
  • Marie-Madeleine, belle sainte provençale (par Jean-Pierre Ravotti)
  • “Montre nous le chemin”
  • “Toi qui a connu le monde”
  • “L’amour de Jésus pour la brebis perdue” (prière du XVe siècle)
  • “Mais soudain j’entends mon nom” (prière orthodoxe) 
  • “Réjouis toi, Marie-Madeleine” (prière orthodoxe)
  • “J’ai reçu la même gloire que Moïse” (par St Romain le Mélode)

“O très douce amie” (prière attribuée à Charles II d’Anjou):

« O très douce amie intime de Jésus-Christ,
ô apôtre, qui as mérité de voir la première des mortels le Christ ressuscitant,
ô modèle de pénitence,
qui as lavé de larmes abondantes ses pieds et les as essuyés de tes cheveux,
ô très douce Dame, o mon seul espoir,
ô très sainte patronne,
quelles louanges t’offrirai-je ? »


Prière à Marie-Madeleine, belle sainte de Provence (par Jean Pierre Ravotti, 31 janvier 2012)

Toi qui fut guérie et sauvée par Jésus
Rends notre âme resplendissante
De la beauté même de Dieu.

Toi, disciple fidèle et femme à l’écoute,
Enracine en nos cœurs la Parole de Vie,
Donne-nous d’écouter,
De garder et de mettre en pratique
L’Evangile du Christ, notre Maître et Seigneur.

Toi qui as connu les larmes
Et répandu le parfum de l’Amour,
Console tous ceux qui souffrent
Par le baume versé de notre surnaturelle Charité.

Toi, persévérante jusqu’à la Croix et au tombeau,
Accorde-nous la grâce de l’Espérance dans les épreuves,
De la force dans le combat,
De la Foi en la Vie Eternelle à l’heure de la mort.

Toi qui, la première, as mérité de voir Jésus ressuscité
Et a reçu la mission de l’annoncer aux disciples,
Fais de nous des témoins crédibles et courageux
Du Christ vainqueur de la mort et éternellement glorieux.


“Montre-nous le chemin”

Sainte Marie-Madeleine,
toi qui as été pardonnée par Jésus,
toi qui as beaucoup aimé,
Montre-nous le chemin
de la conversion véritable
et de la pureté du cœur.
Par amour, tu as suivi Jésus pour le servir :
Apprends-nous à livrer gratuitement notre vie
pour nos frères et sœurs.

Tu te trouvais près de la croix de Jésus
avec Marie et Jean :
Obtiens-nous la grâce de la foi
et de l’espérance dans nos épreuves.

Au matin de Pâques,
tu as reçu de Jésus
la mission d’annoncer sa résurrection à ses disciples :
Aide-nous à croire que la vie est plus forte que la mort,
que l’amour triomphe de tout.
Sainte Marie-Madeleine, prie pour nous !


“Toi qui a connu le monde”

Sainte Marie-Madeleine, toi qui as connu le monde, toi que le monde a touché,
Tu as touché Notre Seigneur Jésus-Christ avec tes larmes, avec tes cheveux.

Avec tes larmes tu as lavé ta vie des poussières du chemin ;
Au nouveau matin de ta vie, c’est toi qui as contemplé le voile du Temple.

Ô Marie Madeleine, première fleur du jardin de la Résurrection,
tu es venue parfumer le chemin !

Te voilà vierge de nouveau, toi la pécheresse.
Te voilà dépositaire de la lumière du matin pascal.
Te voilà dépositaire du parfum de la miséricorde.

Permets-nous, sainte Marie-Madeleine, de pouvoir avec toi pleurer et toucher ;
Avec toi porter les parfums ;
Avec toi courir au matin du jardin de notre résurrection.

Sainte Marie-Madeleine, prie pour nous !


“L’amour de Jésus pour la brebis perdue” (prière anonyme du XVe siècle)

Tant il t’aimait, tant il était proche de toi, tant il t’enseignait, tant il t’inspirait,
même si ton péché abondait, la grâce a surabondé.

Tant il t’aimait : pour toi et pour ta sœur aussi, il ressuscita ton frère pourri de quatre jours.
Il a eu si grande pitié de vos pleurs et gémissements qu’il ne pût lui-même se contenir de pleurer.
Tant il t’aimait qu’après sa passion, à toi, il se montra le premier.
L’écriture s’accomplit en toi qui dit que la brebis perdue est retrouvée et que Jésus la porta dans ses bras pour la remettre dans le troupeau.
Tu as tant aimé Jésus, Marie-Madeleine, que des pécheurs, il t’a institué fiancée souveraine :

A tous ceux qui sont en déviance, en souffrance, à tous les déçus de l’espérance.
Jésus est si bon qu’il ne refuse à personne pleine de contrition la consolation si douce de sa sainte compassion.

Ô Marie Madeleine, miroir resplendissant, dans lequel doivent se reconnaître tous les pécheurs pénitents.
Ô dame gracieuse, pécheresse devenue sainte, fais-moi entrer dans la contrition de mes péchés, que par tes saints mérites, j’obtienne rémission.

Tu sais bien la faiblesse de ma fragilité, tu connais mes iniquités, mais toi qui es le réconfort des pécheurs, aide-moi.
A toi, je recommande, dame de toute bonté,
Mes désirs, ma volonté.
Fais que, par toi, du paradis je puisse hériter.


“Mais soudain j’entends mon nom” (par un théologien orthodoxe pour accompagner Marie-Madeleine au matin de Pâques)

On a enlevé le Seigneur
et je ne sais où on l’a mis.
Pourtant ce matin encore sombre,
ce matin gris, tout semble changer.
Le monde autour du tombeau vide
semble un paradis.
Le silence railleur se dissipe.
Et voici, au milieu des fleurs, le jardinier :
”Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi…”
Mais soudain j’entends mon nom,
il m’appelle et je suis, dans son appel je suis,
la cendre s’envole dans le vent de l’Esprit.
C’est Toi, c’est Toi, je Te reconnais Rabbouni.
Ton corps transfiguré se dévoile
en remplissant tout.
Il est cet Amour qui fait
que les hommes sont mes frères.
Tu es là, invisible dans le pain
et dans le vin
et dans tout visage,
tu es là.


“Réjouis-toi, Marie-Madeleine (prière orthodoxe)

Réjouis-toi, Marie Magdeleine,
sainte et égale aux apôtres,
toi qui as su aimer le doux Seigneur par dessus tous les biens.
Appelée par le Seigneur à un ministère
égal à celui des apôtres,
ô sainte Marie-Madeleine
tu as suivi le Christ, ton bien aimé,
aussi nous te louons avec des chants d’amour.
Toi qui as un si grand pouvoir d’intercession auprès du Seigneur,
par tes prières, demande au Dieu très clément
qu’il nous délivre de tous malheurs
et nous montre sa sainte résurrection.


“J’ai reçu la même gloire” (St Romain le Mélode)

« J’ai reçu la même gloire que Moïse »,
dit sainte Marie-Madeleine.
« J’ai vu la gloire du Seigneur,
non pas sur une montagne, mais dans une tombe.
Sa gloire était cachée,
non par un nuage, mais par son corps.
C’est lui le Souverain des incorporels
et le Maître des nuées,
hier, maintenant et toujours ».
« Marie, va vite annoncer à ceux qui m’aiment
que j’ai triomphé de la mort », dit le Seigneur.
« Va annoncer la bonne nouvelle aux fils de Noé,
dis-leur : la mort est détruite.
Que ta parole leur soit
comme une branche d’olivier ».